Fevrier 2017

Preis der Deutschen Schalplattenkritik

Pour: CD "The Mirror of Claudio Monteverdi"

Monteverdi war der herausragende, aber keineswegs der einzig bedeutende Komponist seiner Zeit: auch seine hohe Kunst wurde von genialen Kollegen vorbereitet. Paul van Nevel stellt mit seinem Huelgas Ensemble den einzelnen Sätzen aus Monteverdis berühmter Missa in illo tempore mit ihrem extrem verdichteten Kontrapunkt alter Schule und ihrer innovativen Gewichtung der Harmonie jeweils ein Madrigal alten Stils gegenüber, das, jedes für sich, ebenfalls die Konventionen kunstvoll sprengte. So verweist diese Aufnahme über den genuin musikalischen Ansatz und die perfekte Darbietung hinaus auf das geistige Spektrum und Niveau einer Zeit, das man in all seinen Facetten kaum begreifen kann und hier schlicht zu bestaunen lernt. (Für die Jury: Helmut Mauró)

Site web

Fevrier 2017

Choc de Classica

Pour: CD "The Mirror of Claudio Monteverdi"

Reflets polyphoniques.  La Messe de Monteverdi enmiroir avec quatre madrigaux composés par ses prédécesseurs.

" (...) On admire dans le Credo le superbe équilibre entre les pupitres, comme cette pointe de fragilité au moment "Et incarnatus".  Pas de couleurs expressionnistes avec Las Huelgas : la lumière semble toujours filtrée par un vitrail ; elle illumine sans éblouir.

L'hiératisme byzantin de Tudino, le chromatisme digne de Vicnetiono, sa supplique de Marenzio rythmebnt ce parcours spirtiuel cuminant sans un Agnus Dei d'une suffocante beauté.  Aux cotés d'Herreweghe (Harmonia Mundi) voilà la nouvelle référence de l'oeuvre."

Juillet 2015

Diapason d'Or voor hedendaagse muziek 2015

Pour: CD "Wolfgang Rihm 'Et lux' "

Wolfgang Rihm.

" (...) Cette interprétation nettement plus habitée, tant par les (huit) chanteurs du Huelgas, qui ont eu le temps de s'imprégner des suggestions de la partition, que par le quatuor à cordes, dissipe nos réserves et inscrit Et Lux dans la lignée des chefs-d'oeuvre à mi-chemin entre profane et sacré, comme le Deutsches Requiem de Brahms. (...)"

Mars 2014

Caeciliaprijs 2014

Pour: CD "La Oreja de Zurbaran"

De Belgische muziekpers reikte op 11 maart zijn jaarlijkse prijzen uit voor opnames van klassieke muziek.  Vier Belgische cd's van het voorbije jaar vielen in de prijzen, waaronder La Oreja de Zurbaran van het Huelgas Ensemble.

Lees meer op Cobra.be

Octobre 2014

Diapason d'Or de l'Année 2014

Pour: CD "The treasures of Claude Le Jeune"

De prestigieuze DIAPASON D’OR DE L’ANNÉE 2014 werd toegekend aan het Huelgas Ensemble voor haar CD “The treasures of Claude Le Jeune”, uitgegeven bij Sony Classical.

De CD is integraal gewijd aan werken uit het “Livre de Melanges” van Claude Le Jeune.
Huelgas Ensemble tracht een zo getrouw mogelijk beeld te geven van de rijkdom, de afwisseling en de verbeeldingskracht die Le Jeune in zijn verzameling heeft gelegd.
Le Jeune, een Franco-Vlaamse componist werd geboren in Valenciennes in 1528. De werken werden in 1585 uitgegeven door de Antwerpse drukker Plantijn.
 
De uitreiking gebeurt in Parijs op 24 november en Paul Van Nevel, artistiek leider van het Huelgas
Ensemble zal deze persoonlijk in ontvangst nemen. Het hele gebeuren wordt live uitgezonden door
radio France Musique.

Aout 2014

Bestenliste 4-2014 van Deutschen Schalplattenkritik

Pour: CD "The treasures of Claude Le Jeune"

De CD "The treasures of Claude Le Jeune" wordt genomineerd op de Bestenliste 4-2014 van Deutschen Schalplattenkritik.

Mai 2014

Choc de Classica

Pour: CD "La Oreja de Zurbaran"

La peinture sonore d'après Van Nevel

Quelles musiques aurait pu entendre le peintre espagnol Zurbarán ? Paul Van Nevel répond à cette interrogation avec le génie qui le caractérise.

À la faveur de l’actuelle exposition consacrée au peintre espagnol Francisco de Zurbarán au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, l’Ensemble Huelgas fait paraître une superbe anthologie musicale, rassemblant quelques œuvres ayant pu être jouées dans l’environnement du peintre. Principalement des œuvres sacrées du XVIIe siècle, souvent inédites, de compositeurs rarement joués voire pratiquement inconnus aujourd’hui, tels Miguel de Ambiela ou Manuel Machado. Un oubli notamment dû au relatif isolement des compositeurs de la péninsule ibérique, restés longtemps en marge de l’avancée du nouveau style monodique baroque, et de la seconda prattica.
Des œuvres en stile antico, donc, parmi lesquelles quelques magnifiques découvertes, telles les Lamentations de Fray José de Vaquedano, ou le Lauda Sion de Juan Garcia de Salazar. Car il ne s’agit pas de vestiges archaïsants, mais d’œuvres d’une grande originalité stylistique : on y entend des sonorités neuves, particulièrement expressives : ainsi les incessantes septièmes, les sixte et quinte du Lauda Sion, particulièrement frappants ; les mélismes grandioses des Lamentations : des zestes de sensualité, qui se glissent dans l’austérité du contrepoint en style ancien. Un contraste interne qui n’est sans rappeler l’ascèse des mystiques espagnols, comme moyen d’atteindre une extase religieuse et sensuelle. Trois pièces profanes viennent compléter ce panorama : tirées d’un manuscrit copié à la Chapelle royale de Madrid vers 1624-1625, elles sont issues d’un environnement très proche de celui du peintre, et révèlent également un style musical typiquement espagnol, à la fois sobre et coloré, dont peu de témoignages sont à ce jour disponibles au disque.

Site web

Avril 2014

Diapason d'Or

Pour: CD "La Oreja de Zurbaran"

La Oreja de Zurbaran

Joli titre, cette « Oreille de Zurbaran ». Il est admis qu'après la génération glorieuse de Victoria et Guerrero, la musique sacrée espagnole tombe en léthargie, ressasse ses gloires tout en cédant aux sirènes italiennes. Vraiment ? Insensibles aux réflexions de leurs confrères en art, les musiciens ? Qui composait quand Zurbaran (1595‑1664) peignait ? Enquêteur patient, Paul Van Nevel offre en un disque le contexte musical de l'exposition bruxelloise (jusqu'au 25 mai au Bozar).  Contexte tourmenté : la Contre-Réforme chasse l'hérésie et exige la clarté, Thérèse d'Avila et Jean de la Croix distillent les tentations, l'institution balance entre rempart et récupération. Les maîtres de chapelle ont, à concilier l'idéal nouveau de l'extase mystique, d’essence individuelle, et l’universalisme de la Foi, stile antico de rigueur.
Le Miserere d’ Andrés Barea  (ca 1610‑1680), alterne les versets polyphoniques en double choeur (regard coulé vers Venise) et le plain‑chant. Une découverte exceptionnelle avec ses textures changeantes, ses effets d'écho sur « Tibi soli peccavi »,la montée en puissance du « Libera me »,les altérations furtives des cadences, tout un vocabulaire magnifié par Van Nevel. Son équipe fidèle du Huelgas n'est pas moins habile quand l'écriture se réduit à une déclamation homophoniques sur un rythme incantatoire: hypnotiques, les litanies du Lauda Sion à quatre de Juan Garcia de Salazar (1639‑1710) contrastent avec le contrepoint doux de l’Agnus Dei de Diego de Pontac (1603‑1654). Autre trouvaille, les voluptueuses Lamentations de Fray José de Vaquedano (1642‑1711), retards harmoniques et vocalises chavirées sur les lettres
 hébraïques (trente‑cinq mesures pour CAPH !) Ponctué par trois villancicos nostalgiques, ce miroir sonore aux à‑plats intenses et aux grandes ombres austères de Zurbaran prend fin sur le Stabat Mater de Miguel de Ambiela (1666‑1710), dépouillé et grandiose.     

Fevrier 2014

La Clef du mois Resmusica

Pour: CD "La Oreja de Zurbaran"

l'oreille de Zurbaran et la polyphonie du siècle d'or Espagnol

Qu’a entendu ou qu’aurait pu entendre Zurbarán ? Paul van Nevelet son Ensemble Huelgas tentent de répondre à cette interrogation avec l’expertise et le brio qui les caractérisent parfaitement. Le peintre espagnol Francisco de Zurbarán (1598-1664)  qui vécut à la même période que Vélasquez et Murillo partagea son temps entre Séville et Madrid. Les musiques retenues ambitionnaient alors de rendre accessible aux fidèles catholiques un certain climat mystique analogue à celui décliné par Sainte Thérère  d’Avila ou Saint Jean de la Croix. Les compositeurs sélectionnés s’inscrivent historiquement dans le grand courant polyphonique vocal de l’époque. Ces créateurs et l’élévation spirituelle amplifiée par le recueillement devaient  conduire vers Dieu et contribuer à l’acceptation de la condition humaine en promesse d’un futur radieux et, ponctuellement, d’un présent en quête de moments extatiques.

Les œuvres enregistrées, profanes et sacrées, recoivent une remarquable exécution et nous plongent au sein d’un monde fascinant. En témoignent la profonde désolation et affliction du Miserere d’Andrés Barea tout comme les Lamentaciones de Fray José de Vaquedano qui nous plongent dans un univers bâti sur la soumission sociale et la sublimation religieuse, l’obéissance résignée contre la promesse d’un rachat post-mortem. Dans la même veine, le Stabat Mater dolorosa de Miquel de Ambiela, nous mène vers de splendides méditations, aussi subtiles que sincères.Tous les ingrédients sont là pour nous laisser guider par cette remarquable illustration du mysticisme espagnol du 17e siècle.

Site web

Juin 2012

Choc de Classica

Pour: CD "Jacob Clement"

Drie 'Chocs' voor Vlaamse ensembles 

05.06.2012 

'Les Chocs' zijn de onderscheidingen toegekend door het Franse muziektijdschrift Classica aan de beste nieuwe klassieke cd's. Deze maand worden maar liefst drie van de acht chocs toegekend aan Vlaamse ensembles: Bach Concentus, Huelgas ensemble en Ex Tempore delen de eer. 

 

Het Huelgas ensemble onder leiding van Paul Van Nevel oogst met de cd op het label Deutsche Harmonia Mundi 88697780692 gewijd aan de polyfonist Jacob Clement eveneens alle lof. Jacob Clement is niemand anders dan Jacob Clemens Non Papa, een componist vol paradoxen die Vlaanderen niet verliet zoals vele van zijn tijdgenoten. Recensent Guillaume Bunel : 'Paul Van Nevel dessine un magnifique portrait de Jacob Clement compositeur fascinant, énigmatique et bourré de paradoxes. [...]S'il est bien difficile d'imaginer que les joyaux présentés sur ce disque sont effectivement les oeuvres d'un 'yvroigne', la variété presque sidérante des techniques et des styles maîtrisés par Jacob Clement, et ses surprenantes audaces peuvent tout au moins laisser deviner un personnage fantasque, hors du commun.' 

2012

Diapason d'Or

Pour: CD "Jacob Clement"

Octobre 2011

Echo Klassik

Pour: Vocal Ensemble of the year

Echo Deutscher Musikpreis - klassik 

ECHO Klassik is one of the best established and most well known music awards in the world. 
Every year the German Phono Akademie - the cultural institute of the German music industry association - honours the outstanding and successful performances of national and international artists with this award. The ECHO Klassik was launched in 1994 as an event in its own right in order to do justice to the cultural importance of classical music and to further its popularity. 

 

Prizewinner: Vocal Ensemble of the Year 2011 

Huelgas Ensemble 

The Huelgas Ensemble was founded by Paul van Nevel in 1970 and is one of today's best Early Music groups; its special focus is Medieval and Renaissance polyphony. Time and time again, the ensemble surprises audiences with its original recital programmes, in which they present mostly unknown works in an interesting context, the result of meticulous musicological groundwork by their leader van Nevel. The album "PraeBachtorius" combines works by Praetorius and Bach, based on the same Lutheran texts, in such a way that the verses by the two composers are heard one immediately after the other. It's genuinely impressive how well Praetorius's Late Renaissance music blends with Bach's Baroque style to form a harmonious whole. The jury recognises this achievement by awarding the Huelgas Ensemble an "Echo Klassik" prize as Vocal Ensemble of the Year. 

Award Ceremony: Konzerthaus Berlin, October 2, 2011 

2005

Klara Carrièreprijs

Pour: Carrièreprijs Paul Van Nevel